Le lexique

Sommaire

Qu’est-ce que la multipotentialité ?

Pour partir sur de bonnes bases, nous voulons vous présenter un ensemble de termes et de « définitions » pour parler des multipotentiels et de la multipotentialité.

Voyons premièrement ce que le terme en lui-même signifie. Il est composé de « multi » et de « potentialité ». « Multi » vient du latin « multus » qui signifie « nombreux, divers » et « potentialité » vient du latin « potentialitas » qui est un dérivé de « potentia », signifiant « pouvoir, puissance, faculté, capacité ». C’est quelque chose qui existe en puissance, un pouvoir en devenir. Ce sont des personnes intéressées par de nombreux (très nombreux) domaines et qui ont des facilités et une passion pour l’apprentissage et la connaissance.

Le terme apparaît en 1972 pour la première fois dans les recherches de H. Frederickson en rapport avec la douance. Ces recherches définissent alors un multipotentiel comme quelqu’un qui “lorsqu’il est dans un milieu approprié, se permet de sélectionner et de développer un certain nombre de compétences à un niveau élevé.”

Cependant il nous paraît important d’insister sur l’étymologie du terme. Dans « multipotentiels », l’idée d’avoir du potentiel dans plusieurs domaines est centrale, certes, mais avoir du potentiel ne signifie pas qu’il faille forcément s’y dédier et s’y spécialiser. Il s’agit de comprendre qu’une facette importante et prédominante de ce profil est son amour pour l’apprentissage ainsi que son besoin de renouveau. La potentialité existe bien mais elle dépend de chaque individu et de son envie de l’exploiter ou pas. Il s’agit aussi de stopper la pensée blessante “du potentiel gaspillé” qui peut fortement culpabiliser le besoin de renouveau du multipotentiel.

Ce sont donc des généralistes, des scanners de profession, des multi-passionnés qui n’ont pas une vocation à proprement parler, mais qui ont beaucoup de passions, d’activités et de compétences et souffrent à l’idée de devoir se spécialiser dans un seul domaine en particulier, car ils ont la sensation de devoir abandonner leurs autres centres d’intérêt.

“À un moment j’ai remarqué que je suivais un schéma : quand je commençais à m’intéresser à quelque chose, je plongeais dedans, j’y mettais toute mon énergie, je devenais plutôt douée quel que soit le domaine et j’arrivais à un point où je commençais à m’ennuyer. En général j’essayais de quand même persister parce que j’avais déjà consacré tant de temps et d’énergie, parfois de l’argent dans ce domaine. Mais finalement, ce sentiment d’ennui, ce sentiment de “oui j’ai compris, ce n’est plus si difficile maintenant” devenait trop important. Et je devais laisser tomber. Mais après je m’intéressais à quelques chose d’autre, quelque chose sans aucun rapport et j’y plongeais, j’y mettais toute mon énergie, en pensant “Oui ! J’ai trouvé mon truc !” … et après j’atteignais une nouvelle fois ce point où je commençais à m’ennuyer. Et finalement, je laissais tomber. Mais après je découvrais un truc nouveau et totalement différent… et encore.”

Emilie Wapnick – Tedx Bend 2015 (vidéo)

L’amour pour l’apprentissage et la rapidité à s’adapter sont des traits dominants chez les multipotentiels. Ils s’ennuient rapidement dans un environnement qui ne les stimulent pas, ce qui est souvent une source d’inquiétude pour eux. Cet ennui les amène à abandonner des projets, ne se sentant plus stimulés ni intéressés et ne supportant pas l’idée de devoir se résigner à s’ennuyer. Ils peuvent se sentir coupables de ce besoin de renouveau, s’interrogeant sur leur carrière, se demandant s’ils arriveront un jour à trouver LA profession et/ou s’ils devront renoncer aux nombreuses autres passions en se dédiant qu’à un seul domaine. Dans une société qui valorise les experts et les spécialistes, qui met en valeur le diplôme et rarement le savoir-faire ou le savoir-être, ces généralistes se retrouvent souvent perdus. Ce ne sont pas des experts mais ils sont cependant de véritables expérimentateurs de vie, de métiers, de compétences et d’apprentissages.

Cette passion pour l’apprentissage leurs confère une rapidité de traitement des informations et une capacité de synthèse. Ils sont souvent hypersensibles et s’adaptent très rapidement. Le fait d’avoir cumulé plusieurs compétences dans différents domaines leurs permet de les mettre à profit dans de nombreuses situations. Ils deviennent alors de véritables atouts lors de recherches créatives, de résolutions de problèmes car ils proposent souvent des solutions inattendues et innovantes.

Sachez qu’il existe autant de stratégies de travail que de multipotentiels, néanmoins quelques-unes ressortent du lot. Il y a ceux qui portent plusieurs projets à la fois, ceux qui dédient un certain nombre d’années à un projet pour ensuite changer radicalement de domaine, ceux qui ont un métier central pluridisciplinaire, ceux qui ont une casquette par jour…  

Le syndrome de l’imposteur (appelé aussi syndrome de l’autodidacte) 

C’est le sentiment de ne pas être légitime. C’est la petite voix qui nous dit que l’on est nul, que l’on ne mérite pas la place qui nous est donnée. Que l’on est un imposteur et qu’à un moment les personnes autour de nous se rendront bien compte que l’on n’est qu’un menteur caché sous nos compétences. Que notre présence en ce poste n’est pas due à nos capacités mais à un ensemble de raisons externes… En somme, que nous ne sommes pas légitimes dans notre travail et n’importe qui en travaillant un peu et se documentant pourrait faire de même. 

Burn-out / bore-out / brown-out

Ce sont des formes d’épuisement professionnel, l’une (burn) liée au trop plein de travail que peuvent s’infliger les multipotentiels, l’autre liée à l’ennui (bore) qu’ils peuvent vivre lorsqu’ils ne se sentent plus stimulés et la dernière (brown) liée à la perte de sens, à l’incompréhension des tâches effectuées.

    

Autres termes 

Slasheur 

Viens du mot anglais “slash” qui est le symbole typographique de la barre oblique “/” et désigne des personnes qui par besoin économique, conviction ou choix ont plusieurs métiers. Ce terme vient des États-Unis et est très bien traité par Marielle Barbe dans son livre “Profession Slasheur”.

Polymathe 

Ce mot vient du grec « polymathēs » qui signifie « connaissant, comprenant ou ayant appris en quantité », des racines poly (« beaucoup ») et mathes (« apprentissage »). Les polymathes ont une expertise sur différents sujets, en particulier dans le domaine des arts et des sciences. On les nommes parfois « personne d’esprit universel » ou « renaissance person » en référence à cette époque, où il était bien vu d’avoir un grand nombre de connaissances dans de multiples domaines (De Vinci, Descartes ou Newton)

Cet article sera mis à jour régulièrement, au fur et à mesure de nos recherches.
2018-03-06T19:12:01+00:00

À propos de l'auteur :

Graphiste, photographe, formatrice, artiste, accompagnatrice bien-être et passionnée de développement personnel.
>