//Dessine-moi un multipotentiel

Dessine-moi un multipotentiel

Multipotentiel … mais de quoi tu parles ?

Avant de commencer, je vous invite à répondre spontanément à ces questions par un oui ou par un non…

  • Vous ne savez jamais trop quoi répondre lorsqu’on vous pose la question « Et tu fais quoi dans la vie ? »

  • Lorsqu’on vous définit par UN métier (souvent l’actuel ou celui dans lequel vous avez passé le plus de temps), vous bondissez ?

  • Avez-vous plusieurs livres entamés, plusieurs onglets ouverts ou un dossier rempli de liens à aller explorer plus tard ?

  • Êtes-vous intéressé par toute sorte de sujets (science, art, nature…), métiers et adorez découvrir et apprendre de nouvelles choses ?

  • Quand un sujet / métier / projet vous intéresse ou vous passionne, passez-vous des heures voir des semaines à vous informer dessus, parfois en vous investissant à fond tout en vous disant  « Voilà, c’est génial ! C’est ce que je veux faire de ma vie ! » ?

  • Avez-vous tendance à perdre de l’intérêt pour le dit sujet / métier / projet au bout d’un certain temps de pratique ?

  • La phrase « ce serait bien que tu te décides une bonne fois pour toutes » vous est-elle familière ?

  • Est-ce que l’idée de dédier votre vie au même travail vous angoisse ?

  • Est-ce que parfois vous vous dites que vous n’êtes pas net, car vous ne trouvez pas cette fameuse vocation dont tout le monde parle et enviez ceux qui la trouve ?

  • Vous vous jugez parfois instable et vous vous sentez amateur en tout et professionnel en rien ?

Si vous avez répondu une majorité de oui, alors vous êtes sur le bon site.
Bienvenue sur Kmeo !
Premièrement laissez-moi vous dire deux choses :

Non, il n’y a rien d’anormal chez vous. Vous êtes un multipotentiel.

Oui, vous avez le droit de vivre vos multiples passions, oui vous avez le droit d’apprendre tout ce qui vous passionne, oui vous avez le droit d’entamer plein de choses sans pour autant les finir. Car votre particularité c’est de ne pas avoir UNE vocation, mais plusieurs. Et oui… vous pouvez transformer ce que vous pensez être une malédiction, en un véritable atout. (Bon, ok je vous ai dis plus que deux choses….)

Hypercréativité, hypersensibilité et potentialité

Les multipotentiels sont souvent des hyperactifs de la création (idées, projets, concepts, pratiques…) souvent des hypersensibles qui aiment explorer et expérimenter. Le terme multipotentiel apparaît pour la première fois en 1972 dans les recherches en rapport avec la douance de H. Frederickson. Frederickson nous dit que “lorsqu’il est dans un milieu approprié, il [le multipotentiel] se permet de sélectionner et de développer un certain nombre de compétences à un niveau élevé.

En somme, dès que l’on est intéressé par un sujet / domaine on développe le potentiel nécessaire pour l’explorer et l’apprendre. Mais attention, ce potentiel ne signifie pas que l’on doive ou que l’on ait forcément envie de l’exploiter dans le temps. On entendra parfois nos proches s’inquiéter : « c’est dommage que tu n’ais pas continué, tu étais pourtant doué »… Ces phrases sont souvent révélatrices de ce que les gens observent chez le multipotentiel : il apprend vite, il est passionné et très souvent il part dès qu’il est bon. Ce qui pour beaucoup semble illogique. Bien que dites avec bienveillance, ces phrases viennent souvent renforcer une inquiétude permanente et sous-jacente.

Le besoin de changement

Il est donc très important de retenir le facteur intérêt / désintérêt qui rythme les passions du multipotentiel, car c’est souvent celui qui l’handicape dans son épanouissement. En effet il est souvent confronté à l’angoisse du « qu’est-ce que je vais faire maintenant ?» « je veux partir mais est-ce que je dois partir ? Est-ce que je peux ? », parfois un sentiment d’échec, « je pensais sincèrement que ÇA c’était ma vocation » voir une certaine honte à changer encore une fois de domaine. Car la quête première du multipotentiel qui s’ignore, est souvent de trouver LE job qui fera de lui LA personne stable, adulte et posée dont il se fait l’idée (ou plutôt la vision de l’adulte responsable que la société lui a inculquée).

À ce sujet, je vous partage cette merveilleuse citation de Barbara Sher (Refuse to Choose) :

« Quand une abeille a obtenu le nectar qu’elle était venue chercher sur une fleur, elle perd son intérêt pour ladite fleur et se dirige vers une autre. Quand un scanneur (ou multipotentiel) abandonne un projet, c’est pour la même raison. »

J’adore cette image, car elle illustre parfaitement le propos et le besoin de changement du multipotentiel. Et n’oublions pas que quand une abeille arrive sur une nouvelle fleur elle y dépose le pollen de la précédente… Et finalement n’est-ce pas ce que l’on fait avec nos compétences et connaissances dans un nouveau domaine ? Avec le recul on se rend souvent compte que l’on a précédemment appris quelque chose qui se trouve complémentaire, voir nécessaire au nouveau domaine exploré. Et ça mes amis, c’est un véritable atout. (À ce sujet je vous invite à écouter l‘épisode 2 de notre podcast avec Arnaud, qui en témoigne très bien).  Il s’agit aussi de comprendre que quand on arrive à la fin de quelque chose, se forcer ne présage rien de bon car le bore-out (depression liée à l’ennui) ou le brown-out (liée au manque de sens, on vous laisse deviner pourquoi brown (marron)…) risque avec le temps de pointer son nez… Et surtout quand l’envie manque, le travail se fait de moins en moins qualitatif.

Les qualités d’un multipotentiel

Dans le fond si on a du mal à trouver sa vocation ce n’est pas par manque d’intérêt, mais au contraire, par trop d’intérêt dans trop de domaines différents. Et comme nous sommes dans une société de spécialisation il est normal d’être un peu perdu, car le multipotentiel est le contraire du spécialiste. C’est un généraliste qui oublie trop souvent que cela comporte certains avantages (liste non exhaustive) :

  • La facilité d’adaptation.

  • La rapidité d’apprentissage.

  • Le transfert de compétences d’un domaine à l’autre.

  • L’élaboration, de part ses connaissances pluridisciplinaires, de solutions parfois originales et inattendues.

  • Sa créativité (il est souvent une boite à idée).

  • C’est un penseur « outside the box », il sort des sentiers battus car il est un explorateur et un expérimentateur avant tout.

  • Une capacité à fusionner plusieurs compétences pour en créer une nouvelle (dédicace à tous ceux qui viennent de penser au fuuuuusion de Dragon Ball).

  • Une capacité de faire des liens, des ponts entre différentes disciplines.

  • Une vision globale que son intérêt pour de nombreux métiers / sujets lui permet d’avoir.

  • Quand il voit qu’il peut perfectionner un process il n’hésite à le hacker pour améliorer le système (cf Emilie dans l’épisode 01 du podcast).

Loin de moi l’idée de faire l’apologie du multipotentiel vs. le spécialiste, mais il est important de parler de ses qualités car dans une société de spécialisation, la généralisation est souvent pointée du doigt comme une nonchalance ou un manque de compétence. Ce qui participe à la croyance, chez beaucoup de multipotentiel, qu’ils seront d’éternels amateurs, qu’ils ont un problème et doivent se spécialiser…. Mais ce que l’on oublie de voir, c’est que quand un multipotentiel se passionne pour quelque chose, il devient souvent bon. Voir parfois très bon car il travaille avec passion et par amour du sujet. Il a le soucis de bien faire, de comprendre son sujet et surtout de s’amuser. Il est essentiel de le souligner car le syndrome de l’imposteur nous empêche souvent de nous sentir légitime. Oui car comme nous apprenons par plaisir, un peu par « jeux » comme les enfants. On se voit donc comme des enfants jouant un métier d’expert… et non pas des personnes adultes avec des compétences acquises légitimement. Parfois même les diplômes ne suffisent pas car on va dire qu’ils ont été obtenus par justesse ou suite à beaucoup de travail, qu’il y avait toujours un de nos collègues bien plus compétent que nous… Bref, je pense que vous le connaissez, ce syndrome.

Alors l’idée est justement d’apprendre à se connaître, à connaître nos rythmes, nos forces, nos faiblesses et nos inquiétudes pour s’y confronter, y trouver des solutions, se structurer et finalement aller casser les croyances limitantes qui nous empêchent de déployer notre plein potentiel.

Vous êtes multipotentiel, tout va bien et surtout : vous n’êtes pas seul.

Petits exercices

  • Et vous, quelles sont vos forces ? Quelles sont les compétences que vous avez acquises ? Vous ont-elles aidées dans des métiers différents ? Essayez de faire une liste de qualités et de compétences acquises durant vos recherches, jobs, hobbies. Y en a-t-il qui vous ont aidées à avoir une vision différente dans votre travail, qui se sont révélées utiles là où vous n’y pensiez pas ou qui vous ont aidées de façon surprenante ? Est-ce que vous découvrez des compétences que vous n’aviez pas vu ?
  • La partie la plus rapide et où l’on s’en donne à coeur joie est souvent la liste de défauts (merci le syndrome de l’imposteur)… alors je vous invite à prendre une feuille de papier et y dessiner 5 colonnes. Dans la première faites cette liste de défauts et dans les colonnes correspondantes répondez à ces questions pour chacun d’entres eux :  1 – D’où me vient cette conviction / 2 – Est-ce vrai ? / 3 – Est-ce définitif ? / 4 – Que puis-je faire pour le travailler et quels sont les outils dont j’ai besoin ?

C’est en connaissant et en visualisant ses forces, faiblesses et difficultés que l’on peut le mieux commencer à se structurer. Prendre conscience que l’on accepte trop facilement les affirmations de notre syndrome de l’imposteur sans en vérifier la véracité, nous permet de commencer à reconnaître son discours et d’être plus objectif sur soi-même. Vous pourrez plus tard utiliser ce tableau pour faire le point et vous recentrer durant des périodes de doute et de remise en question, ce qui personnellement m’a souvent aidé.

Alors, n’hésitez pas à partager vos découvertes et vos expériences dans les commentaires car le partage d’expérience participe à l’accomplissement et l’évolution de chacun ! Et comme je vous disais… vous n’êtes pas seul.

Par |2018-06-06T20:57:43+00:0027 mars 2018|Articles|0 commentaire

À propos de l'auteur :

Graphiste, photographe, formatrice, artiste, accompagnatrice bien-être et passionnée de développement personnel.
>