Que faire quand on a envie de tout faire ?

Trop de jobs m’intéressent ! Je ne sais pas quoi choisir car j’ai envie de tout faire !

Pris de panique par la peur de faire le mauvais choix et de rester coincé dans une autre case le restant de sa vie, notre ami le multipote se retrouve à vivre sa propre peur : la peur de stagner.

Bloqué par le poids de son questionnement sur ses intentions d’avenir en matière d’activité professionnelle, il refuse de choisir !

Prendre des décisions sur son avenir professionnel est une expérience qui peut être vécue comme douloureuse.

On se met alors à refuser de choisir et à passer pour un indécis.

En réalité, on est immobilisé par cette envie déchirante de vouloir tout faire à la fois.

Mais est-ce vraiment de l’indécision ?

 

article-envie-de-tout-faire-indecis

Est-ce qu’avoir envie de tout faire est une forme d’indécision ?

Indécis, je l’étais quand j’étais adolescent. Et je l’étais encore plus quand il était question de faire des choix d’orientation. J’étais indécis sur ce que je voulais faire plus tard.

Et les raisons de cette indécision étaient liées :

  • Au manque de soutien familial dans la construction de mon identité professionnelle.
  • Au manque d’intérêt pour l’école.
  • À une faible estime de moi-même qui m’amenais à éviter de prendre le moindre risque.
  • À mon anxiété de l’avenir.

 

article-envie-de-tout-faire-emotion

L’émotionnel : moteur ou frein du multipotentiel ?

Haaa, l’anxiété !

Cette émotion qui m’a accompagnée durant toutes mes études. De par son incertitude, mon avenir scolaire et professionnel a toujours suscité en moi cette anxiété.

Surtout les années avant que je me mette à redoubler mes premières classes. J’avais tellement peur de l’échec que j’ai fini par échouer deux années de suite.

J’ai longtemps cru que j’étais bête et incapable.

D’ailleurs, il fut un temps, quand on questionnait les Français sur les valeurs que transmet l’école aux enfants, 38 % estimaient qu’elle transmettait avant tout « la peur de l’échec ».

C’est cette peur qui me donnait la conviction d’être bête (On l’aura tous remarqué depuis la crise sanitaire que la peur rend bête).

Bête, je l’étais !

Incapable, non !

 

Faire face au refus de choisir

C’est cette anxiété de l’avenir qui m’a amené à être dans l’évitement, le renoncement et à constamment m’orienter vers de nouveaux objectifs.

Cette émotion négative m’a aussi empêché de connaître et d’accéder à mes propres ressources.

Comme une meilleure gestion de mes émotions et compréhension de mon fonctionnement.

Puisque je n’avais pas les réponses à mes questionnements de l’époque j’ai intégré ma curiosité dans mes stratégies de choix d’orientation de jeune adulte.

Une curiosité qui m’a amené à prendre en compte l’exploration dans mes choix,.

L’exploration pour tester des disciplines, des domaines, des métiers et des secteurs, pour me rendre compte par moi-même si j’étais intéressé ou non.

C’est ainsi que j’ai étudié quatre domaines durant mes études post-bac.

Tout m’intéressait. J’avais envie de tout faire.

Et que faire quand on a envie de tout faire ?

 

article-envie-de-tout-faire-que-faire

Que faire quand on a envie de tout faire ?

Soit on se résigne en se faisant rattraper par une réalité du marché de l’emploi qui nous fait croire que l’on doit rester dans une case de mono-spécialisé.

Soit on se met à rêver d’une vie d’entrepreneur qui nous permettrait de préserver cette envie d’être touche-à-tout.

Personnellement, aucune de ces deux options n’apaisait mon anxiété. J’aurai aimé concilier à la fois la sécurité d’un cadre de travail stable et la liberté d’action d’un entrepreneur.

Mais ces deux options me donnaient l’impression que quoi que je choisisse, j’allais m’enfermer dans une prison dorée pour les dix prochaines années.

À ce propos, d’où vient cette envie de tout faire ?

 

article-envie-de-tout-faire-pourquoi

Pourquoi avons-nous envie de tout faire ?

Pour l’expliquer, je vais prendre comme exemple, le concept de précrastination.

On connaît tous la procrastination qui est cette fâcheuse tendance à remettre au lendemain les choses que l’on peut faire aujourd’hui. Et on sait tous en quoi cela pose problème.

En revanche, ce que l’on sait moins, c’est qu’il existe une tendance opposée à la procrastination qui est tout aussi improductive et vécue par la majorité des gens.

Il s’agit de la précrastination.

 

Qu’est-ce que la précrastination ?

La pré