7 techniques pour se présenter lorsqu’on est multipotentiel

//7 techniques pour se présenter lorsqu’on est multipotentiel

7 techniques pour se présenter lorsqu’on est multipotentiel

« Et sinon tu fais quoi dans la vie ? »
Ça y est. La question est posée. On vous l’a pourtant posée des centaines de fois cette satané question et vous avez toujours autant de mal à y répondre. Mais la voilà encore sur le tapis et il va bien falloir se soumettre une nouvelle fois à cet exercice. À ce moment là votre tête et votre coeur entrent en dissonance. La première vous suggère de vous limiter à une seule activité, le deuxième de parler de toutes vos passions et projets du moment. Vous vous résignez, car dans une société qui n’accepte ni le doute ni l’échec, on vous répète inlassablement qu’il est plus important de paraitre que d’être. Vous répondez par un rapide « Heu… je suis [insérer une appellation bateau ici] et toi ? » ou par un bafouillement embarassé. Vous sentez alors que la discussion aurait pu être bien plus interessante ou qu’en tout cas, cela aurait pu vous permettre de connaitre l’ouverture d’esprit de votre interlocuteur.

Alors, quelle est la meilleure façon de procéder ? Vous limiter à une seule activité au risque de vous sentir frustré et catalogué ? Ou parler de toutes vos passions, envies et tous les métiers que vous avez eu au risque de paraitre instable professionnellement ? Ce n’est pas pour rien si l’on a décidé de poser la question à tous les invités du podcast pour connaitre leur ressenti et leurs astuces pour y répondre.

Pour vous aider, voici quelques éléments de réponse que vous pourrez adopter pour ne plus vous sentir coincé lorsqu’on vous pose cette question. On vous conseille d’expérimenter ces techniques pour trouver celles qui vous correspondent le mieux et vous permettent de nouer de belles relations.

#1 Assumer sa multipotentialité

Émilie a travaillé pendant plusieurs années dans l’humanitaire. Puis en 2016, elle a fondé sa société Ar’péro. Au départ elle se consacrait à cette activité à plein temps. Se présenter était donc chose facile : « Je suis entrepreneur ». Mais, même si son travail dans l’humanitaire lui manquait, elle n’imaginait pourtant pas pouvoir faire ces deux activités en même temps.

C’est grâce au travail effectué avec l’aide d’une coach qu’elle a pu mettre tout ça au clair dans sa tête et comprendre qu’il lui était tout à fait possible d’avoir plusieurs activités en parallèle. La suite s’est faite alors tout naturellement : elle a trouvé un travail à mi-temps dans une ONG (en télétravail) ce qui lui permet de pouvoir continuer à travailler sur sa société. Elle a même pu écrire un roman qui est sorti récemment. « J’ai plusieurs cartes de visites, j’ai l’impression de pouvoir jouer au Monopoly avec mes business cards ! »

« Eh bien je fais beaucoup de choses ! »

Sa réponse débute généralement par cette phrase. S’en suit évidemment un regard étrange et curieux de son interlocuteur, avant qu’elle ne poursuive : « J’ai une société, je travaille pour une ONG et j’écris. » Elle fait ensuite un bref descriptif de ses activités principales tout en laissant de coté les autres pour ne pas perdre tout le monde.

Ne pas avoir peur de ses multiples activités mais rester bref pour ne pas perdre la personne en face vous donnera la possibilité de « tâter le terrain ». Si vous êtes d’humeur à parler et raconter tout ce qui vous fait vibrer ces derniers temps, alors cela vous permettra de sonder la personne en face et voir si elle est vraiment intéressée par ce que vous lui racontez et ne vous jugera pas pour votre grande curiosité. Vous serez peut-être surpris de voir que de nombreuses personnes seront intriguées par un début de réponse aussi surprenant et voudront en savoir davantage. D’autant plus que vous risquez d’être en face d’un autre multipotentiel et que la discussion risque de durer un bon moment …

#2 À la manière d’un saisonnier et #3 s’adapter à la personne en face

Arnaud travaille dans la communication, l’enseignement et l’événementiel. Comme il le dit lui-même, sa vie est déjà bien étalée sur les réseaux sociaux. Étant déjà connu sur la région, il est donc plus facile pour lui de se présenter car les personnes qu’il va rencontrer connaissent déjà ses activités. Il a aussi rempli beaucoup de choses sur le réseau professionnel LinkedIn pour « faire rentrer dans l’esprit des gens que la multipotentialité devient aujourd’hui une norme » .

Malgré tout, tout le monde ne peut pas déjà connaitre Arnaud n’est-ce pas ! Alors comment fait-il lorsqu’il se présente à un parfait inconnu ? C’est difficile pour lui de savoir dire quel est son métier principal. Il se sert alors d’une stratégie de présentation qu’il a appris lors de son activité d’enseignement et de conférencier.

« Évènementiel et logistique quand c’est l’été et qu’il fait chaud puis communication et enseignement quand c’est l’hiver et qu’il fait froid ! »

Ses tâches du moment sont dictées par le rythme des saisons. Il travaille à l’extérieur l’été pour ses activités d’évènementiel et logistique et dans le chaud de son bureau ou de sa salle de classe pour ses activités de communication et d’enseignement l’hiver. Les conditions climatiques et ses choix professionnels s’harmonisent logiquement et lui permettent de vivre pleinement sa multipotentialité. Dans le même esprit, vous pourriez être par exemple prof de ski l’hiver et formateur de plongée l’été (ou l’inverse mais c’est plus dur…). Il est donc tout à fait possible de donner un contexte logique à sa multipotentialité pour qu’elle soit plus facilement compréhensible par la personne qui vous demande ce que vous faites dans la vie. Si vous ne l’avez déjà fait, prenez quelques minutes et faites le point sur vos activités. Vous trouverez peut-être un lien qui vous permettra de les relier entre elles.

« Je m’adapte à la personne que j’ai en face. »

Quand il pense que son interlocuteur sera sensible à un métier plutôt qu’un autre, il le mettra en avant. De la même manière, lorsqu’il pense qu’il serait sensible à son coté pluridisciplinaire, il appuiera dessus. Une des qualités première d’un multipotentiel est sa capacité à s’adapter. Et cette situation ne fait pas exception. Il est important de prendre en compte le contexte de la discussion. Vous parlez avec quelqu’un qui travaille dans un vos domaines de connaissance ? Peut-être pourriez-vous commencer par là et dévier plus tard sur un autre domaine si vous vous sentez à l’aise. Vous êtes en repas de famille et votre oncle vous demande à chaque fois ce que vous faites maintenant ? Peut-être n’avez-vous pas envie de partir dans les détails … (personnellement dans ces moments-là je réponds souvent « tenter le conquérir le monde »…). Essayez de deviner quelle est l’intention de la personne qui vous pose la question. Chercher une possible relation de travail ? Être tout simplement poli ? Faire connaissance ? Faites parler le kaméleon qui est en vous !

Conseil pour un entretien d’embauche

Arnaud donne souvent ce conseil à ses étudiants: « Il faut savoir se présenter quand on a plusieurs cordes à son arc en les montrant toutes parce que parfois on a un interlocuteur que ça va intéresser ». Ce conseil est intéressant mais cela nécessite que vous connaissez bien vos forces (pour vous aider pensez à voir l’exercice en fin d’article Dessine moi un multipotentiel). J’ai souvent moi-même utilisé cette technique. Et si mon interviewer n’est pas réceptif, voire refroidi par ma multipotentialité, cela m’aura au moins permis d’avoir une réponse claire sur notre compatibilité à travailler ensemble. Il est vrai que parfois lors de la recherche d’un emploi on est presque prêt à tout accepter, mais s’il s’agit de renier sa façon de fonctionner pour vivre à contre-courant est-ce vraiment judicieux ?

#4 Parler de ce qu’on aime et ce qui nous caractérise

Florence n’aime pas rentrer dans ce cadre où la seule manière de se présenter est de se résumer par sa seule fonction sociale. Elle préfère parler d’où elle vient et de ce qu’elle aime dans la vie. Malgré tout, elle avoue qu’elle a tendance à le faire et à d’ailleurs présenter en premier la fonction qu’elle n’aime pas forcément le plus. Ça vous rappelle des souvenirs ? Citer votre dernier métier ou celui dans lequel vous vous sentez le plus légitime mais qui n’est pas celui que vous préférez ? On l’a tous fait et à ce moment-là on a toujours cette petite voix qui nous dit « oui enfin .. pas que, mais maintenant c’est trop tard je suis catalogué… ».

Mais lorsqu’on lui a posé la question, elle nous a naturellement répondu quelque chose qui reflète bien mieux sa personnalité.

« Je suis la copine idéale et positive que tu rêves d’avoir ! »

« Je ne suis pas cette fille qui a l’air hyper chiante et hyper active et qu’on ne peut pas suivre. Je suis cette fille super curieuse et super interessante que tu as envie d’avoir comme meilleure amie parce qu’elle t’emmène dans plein de bons plans hyper cool, elle te fait découvrir plein de choses, parce qu’elle passe sa vie à découvrir des tonnes de pratiques, des tonnes de lieu, des tonnes de bons plans. »

Alors ? Avouez que c’est bien plus fun de se présenter ainsi … et surtout bien plus humain.  Allez à contre-pied de ce que votre interlocuteur attend en répondant non pas par une simple fonction sociale mais par ce qui vous anime dans la vie peut déboucher sur une discussion passionnante et casser la monotonie d’une discussion de courtoisie. Car la plupart du temps la question « Tu fais quoi dans la vie ? » a plutôt un sens de « Qui es-tu ? ». Et rien ne vous oblige à suivre ce modèle du « je suis mon métier ». Vous êtes bien plus que ça alors faites-le savoir ! D’autant plus qu’en tant que multipotentiel, vous aurez sans doute beaucoup des métiers, et souvent en parallèle. Alors peut-être ne devriez-vous pas vous enfermer dans une fonction sociale qui en tant que multipotentiel ne vous caractérise pas vraiment.

#5 Lister des tâches plutôt qu’un métier et #6 utiliser une appellation parapluie qui englobe différents domaines

Après l’obtention de mon master en informatique, on aurait pu facilement croire que ma voie était toute tracée. Et même si il est vrai que j’aime la programmation car c’est un domaine qui mélange la beauté scientifique (la logique du code) à la beauté artistique (crée son propre programme, son propre univers en partant d’une page blanche), l’idée de ne faire que ce seul métier toute ma vie m’a toujours paru inconcevable. En changeant de domaine plus tard j’ai compris que ce n’était pas propre à l’informatique mais que j’allais devoir rapidement trouver une solution pour ne pas être enfermé dans un métier.

Vous imaginez bien qu’avec ces changements de carrière et ma façon de fonctionner typique du multipotentiel qui ne s’est toujours pas découvert, il a bien fallu que je trouve des manières de me présenter pour ne pas passer pour quelqu’un d’indécis ou d’instable. Deux méthodes en particulier m’ont été bien utiles.

« Ça dépend des jours ! »

Ma dernière expérience professionnelle s’est déroulée dans une startup. Généralement dans cet environnement, l’entreprise n’a pas les moyens  d’embaucher une personne pour chaque poste et vous êtes souvent amenés à faire des tâches dans des domaines bien différents les uns des autres. Ma réponse était alors « Ça dépend les jours ! Un jour je code, un autre je communique sur la société, un autre je retouche une image sur photoshop, une autre je monte une vidéo promotionnelle. C’est bien j’en apprends tous les jours ! D’ailleurs en ce moment je … »

On pourrait croire que cette méthode ne fonctionne que pour ce type d’emploi, mais détrompez-vous, j’utilisais la même lorsque je vendais du matériel informatique : « En plus de la vente, je m’occupe du visuel de la boutique, du bon fonctionnement du matériel interne, des formations des clients et de mes collaborateurs, de l’organisation d’évènements internes … ». Parfois, il suffit de faire un pas en arrière et de lister les tâches que l’on effectue au cours d’un même emploi, même si celui-ci n’est qu’alimentaire, pour s’apercevoir que vous faites de nombreuses choses bien différentes les unes des autres et qu’il est tout à fait possible de présenter votre métier et votre coté touche à tout au lieu d’utiliser une appellation de métier basique.

« Je suis chef de projet. »

Derrière cette appellation on ne peut plus floue se cache en fait toute une stratégie d’embrouillage de cerveau. La définition Wikipédia de chef de projet vous aidera à mieux comprendre : « Le chef de projet est la personne chargée de mener un projet et de gérer son bon déroulement. (…) Le terme s’applique dans divers secteurs, tels que le BTP, l’ingénierie industrielle, logicielle, le marketing et la communication, pour la conception ou la modification de produits, de services, de systèmes, ou bien la mise en place de nouveaux procédés ou démarches. » 

Vous voyez l’astuce ? Cette appellation étant vague et englobant plusieurs secteurs, elle est facilement utilisable pour se présenter. Et si vous n’êtes pas chef de projet officiellement (quoi que nous sommes un peu tous chefs de nos propres projets personnels n’est-ce pas ?) ou que le mot « chef » vous dérange, il y a bien d’autres appellations qui sont toutes aussi générales : manager, enseignant, artiste … et vous permettront d’englober toutes vos compétences et passions.

Jouer la carte de l'humour : la technique Youpi matin

#7 Un brin d’humour ne fait jamais de mal (aussi appelée la technique Youpi Matin)

Bon on est tout sérieux depuis le début mais n’oubliez pas de vous détendre hein. Vous n’êtes pas interrogé pour réciter une poésie devant la classe, il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse.  Il y aura votre réponse et si elle peut faire sourire votre interlocuteur c’est encore mieux.

« Tu as une heure devant toi ? »

Ok… c’est plus une introduction qu’une réponse. Mais elle aura les avantages d’amuser et de préparer à ce qui suit la personne à qui vous parlez. En revanche, n’oubliez pas non plus de rester humble car si vous commencez comme ça et qu’ensuite vous déballez vos activités les unes après les autres ça pourrait paraître un peu prétentieux. Parlez avec authenticité, passion et humour et tout ne pourra que bien se passer !

Pour conclure

Vous l’aurez compris, il y a autant de manières de se présenter que de multipotentiels. Et c’est là toute l’astuce, s’inspirer de ces techniques, se les approprier et se créer la sienne.

Évidemment en tant que multipotentiel, on aurait préféré à « Tu fais quoi dans la vie ? », la question « Qu’est-ce qui te passionne ces derniers temps ? » Mais il ne tient qu’à vous de répondre aux deux de la même manière.

Au lieu de voir cette question comme une épreuve, peut-être serait-il plus juste de la voir comme un moyen facile de connaitre l’ouverture d’esprit de la personne en face de vous et voir si une discussion passionnante est possible. Vous seriez d’ailleurs surpris du nombre de personnes qui accueille avec bienveillance un discours clair et assumé ainsi que le nombre de multipotentiels comme vous et moi qui n’attendent qu’une chose, parler de toutes leurs passions et activités avec quelqu’un qui les comprendra et ne les jugera pas. Evidemment c’est sans compter les personnes qui ne se sont jamais posées la question et qui seront curieuses d’en savoir plus sur vos activités.

À vous !

Et vous ? Comment répondez-vous à « Tu fais quoi dans la vie ? » ?
Dites nous en commentaires ce que vous ressentez en entendant cette question et partagez avec nous vos histoires et vos astuces pour y répondre.
Par |2018-06-05T19:37:13+00:0010 avril 2018|Articles|3 Commentaires

À propos de l'auteur :

Informaticien, chef de projet en marketing et communication, expert retail, formateur, animateur d'évènements professionnels, danseur, musicien, joueur sponsorisé de jeux vidéo de stratégie ... Après avoir accepté et organisé sa multipotentialité, Julien a crée Kmeo, un espace où les multipotentiels et les slasheurs peuvent se former et s'entraider.
  • Par le passé, j’essayais de répondre à la question après la personne que j’ai en face, comme ca je lui parlais de ce qui collerait le plus (#3).
    Mais je me suis apercu, que la méthode ou on suscite l’interrogation puis on survole à haut niveau les différentes activités (si il n’y en a pas plus de 3 en cours) permet de plus échanger et/ou de créer le plus d’opportunités….
    C’est celle ci que j’applique plus récemment

    • Julien dit :

      Je suis d’accord Damien.

      C’est vrai qu’en se limitant à une seule activité, on rate souvent l’occasion d’avoir une discussion plus ouverte et qui nous reflète bien plus.

      Et si une opportunité en découle, c’est que notre pluridisciplinarité aura été vu par notre interlocuteur comme un réel atout.

  • karima dit :

    Je viens de découvrir ma multipotentialité et justement cette question a toujours été source d’angoisse pour moi. Je ne savais pas quoi répondre parce que je changeais toujours de métier ou j’étais toujours en reconversion professionnelle. Maintenant, je me prends moins la tête de vouloir entrer absolument dans une case et faire ou avoir fait différentes choses ne peut être qu’enrichissant.

  • >