Notes de l’épisode 

Pour nos recherches sur le sujet des multipotentiels et des slasheurs, nous sommes amenés à lire de nombreux livres et nous nous sommes dit qu’il serait bien d’en résumer quelques uns pour vous. Nous avons donc aujourd’hui décidé de vous parler du livre « How to be everything » d’Emilie Wapnick et vous faire la liste de 7 points qui nous ont marqué dans cet ouvrage et qui pourront sans doute vous servir à mieux comprendre votre multipotentialité. Nous l’avons enregistré sous format audio pour l’épisode 9 du podcast mais vous pouvez également retrouver chaque points détaillés ci-dessous dans cet article.

A Propos de l’auteur

Emilie Wapnick vient du Canada, plus précisément de Montréal. On peut dire que c’est elle qui a popularisé la notion de multipotentiel par sa conférence TEDx et aussi par son site Puttylike. À la fois auteur, philosophe, designer, musicienne, réalisatrice, entrepreneur, on peut dire qu’elle connait son sujet !

La définition du multipotentiel selon Wapnick

Sa définition est proche de celle que vous pouvez trouver dans l’article « Dessine moi un multipotentiel ». Ce sont des personnes avec une curiosité débordante qui les pousse à découvrir de nombreux domaines et souvent en même temps. Elles sont également d’une grande créativité. Dans son premier chapitre elle explique très bien la problématique et les questionnements que l’on peut rencontrer  :

  • Est-ce que je trouverai ma vocation ?
  • Est-ce que j’ai une vocation ?
  • Est-ce que je l’ai rencontré et laissé tomber par hasard ?
  • Est-ce que ce sera la prochaine chose ?
  • Est-ce que je vais être heureux/se dans un boulot ?
  • Est-ce que je vais encore changer ?

Elle explique que la vocation est un mythe qu’elle rapproche du destin et parle de la dangerosité de s’enfermer dans la peur de rater sa destinée. La vocation du multipotentiel est d’avoir plusieurs vocations.

#1 Le deux types de multipotentiel : simultané et séquentiel

Elle décrit deux grandes familles de multipotentiel : ceux qui vont faire les choses en simultané (plusieurs jobs, plusieurs études, plusieurs livres, plusieurs sujets de recherche) et ceux qui vont travailler de façon séquentielle en se dédiant pleinement à ce qu’il font pour ensuite passer à autre chose. Savoir dans quelle catégorie vous vous situez est une aide pour mieux se comprendre et s’organiser.

#2 Les challenges

Les principaux challenges d’un multipotentiel se situent dans trois grandes aires qui sont le travail, la productivité, et l’estime de soi.

Le travail – Mettre un nom sur notre caractéristique permet de mieux comprendre pourquoi l’idée de ne faire qu’un seul travail est source d’angoisse. Mais cela n’enlève en rien la quête incessante du « ok, mais avec quoi je vais gagner de l’argent ? »

ProductivitéIl est nécessaire de trouver son propre système de productivité. Et cela encore plus lorsque que l’on a plusieurs activités car un processus clair et efficace permet de nous concentrer.

L’estime de soi – Les problèmes rencontrés sont souvent de la culpabilité et de la honte, la problématique d’être à nouveau un débutant, la peur de ne pas être le meilleur, le syndrome de l’imposteur, les critiques externes, la question qu’est-ce que tu fais dans la vie. Ce sont tous des challenges et des obstacles à surmonter afin de bien s’ancrer et bien vivre sa multipotentialité.

#3 Les grands obstacles émotionnels

Nous les connaissons tous, ce sont ces petites voix dans nos têtes, celles qui nous critiquent et nous jugent. Et pour s’en défaire le mieux encore reste d’apprendre à bien se connaitre. Il est nécessaire de bien connaitre ses forces et ses faiblesses, de prendre confiance en soi. Mais dans tous les cas, il est important de faire face à ses doutes pour comprendre nos insécurités.

Emilie nous parle de ces principaux obstacles et nous donne ses réflexions à leur sujet.

• La culpabilité et la honte

Souvent, on s’investit à fond dans un projet, convaincu que c’est le bon, pour ensuite sentir peu à peu l’ennui arriver ainsi que le besoin de passer à autre chose. Cela génère alors de la culpabilité et la honte de s’être trompé. On a le sentiment d’abandonner une nouvelle fois quelque chose dont on était pourtant convaincu de sa réussite.

À ce sujet, elle nous rappelle que :

    • Partir dans toutes les directions et avancer sur de nouveaux projets font partis intégrante de la multipotentialité.
    • Vous n’êtes pas ce que vous faites. Vous n’êtes pas juste votre métier, vous êtes bien plus que ça.
    • Il est préférable de transformer le « c’est ça, c’est ce que je veux faire » en un « essayons ceci pour un moment » et revoir ses attentes.

• Être un débutant, encore et encore

On peut se sentir vulnérable et dans l’inconfort de devoir recommencer du début, encore fois. On se sent alors frustré de ne pas être déjà entrain de pratiquer facilement ce que l’on veut faire. Ce sentiment d’impatience et de frustration peut être vecteur d’abandon et de départ pour certains.

    • Il faut accepter que la médiocrité est nécessaire pour apprendre
    • Apprendre à travailler sur des périodes plus courtes et fréquentes
    • Apprendre à faire preuve de bienveillance envers soi même
    • Tenir compte de ses petites victoires

• Le syndrome de l’imposteur

On en parle souvent car il est très présent chez le multipotentiel. Il s’agit de se sentir illégitime dans son poste. De penser qu’en vérité, vous fraudez dans votre travail ou votre domaine et qu’un jour vos collaborateurs, mais aussi vos proches s’en rendront compte en pointant votre incompétence. Ce qui est « drôle » , c’est que ce syndrome à tendance à augmenter au fur et a mesure que les opportunités, le succès et les évolutions de carrière se présentent.

Ce livre nous dit que :

    • Si vous étiez un imposteur, vous ne vous poseriez pas la question de savoir si vous êtes à votre place. Un imposteur trompe pour son profit alors que le multipotentiel est poussé par une profonde passion et fait de son mieux pour faire du bon travail.
    • Recentrez-vous sur le travail ! Le syndrome de l’imposteur apparait lorsque que l’on pense à ce que les autres vont penser de nous. Se focaliser sur le travail permet de se démontrer par des actions concrètes que l’on sait ce que l’on fait. Il s’agit de transformer le négatif et les peurs qui nous envahissent en actions concrètes.
    • Sachez que tout le monde est touché au moins une fois dans sa vie par le syndrome de l’imposteur.

• Autres obstacles et tips également abordés dans le livre

  • les critiques externes,
  • le coming-out du multipotentiel,
  • l’importance de la patience,
  • se séparer des personnes qui doutent de vous et vous critiquent,
  • trouver une communauté avec qui partager,
  • avoir une collaboration avec un autre multipotentiel,
  • se donner le droit d’être qui l’on est.

Cela implique évidemment un travail sur soi, sur ses compétences, sa confiance et ses peurs.

#4 Les super pouvoirs du multipotentiel

La synthèse d’idée  – Les multipotentiels arrivent facilement à synthétiser des idées à la croisée de leurs multiples domaines de compétence car ils prennent des concepts apparemment sans rapport les uns aux autres pour proposer quelque chose de nouveau. D’ailleurs Emilie cite plusieurs exemples dans l’histoire de personnes multipotentielles qui ont apportées des solutions innovantes à des problèmes qui pourtant paraissaient insolubles.

L’apprentissage rapide – C’est le facteur passion et le fait d’apprendre rapidement. Cela frôle parfois l’obsession quand on est fasciné par un sujet et on peut s’immerger dans de longues recherches pour comprendre et apprendre. Nous sommes aussi habitués à être des débutants et à sortir de notre zone de confort et cela accélère grandement le processus d’apprentissage.

L’adaptabilité – Qualité cruciale dans un contexte en grand changement

La capacité de recul – de voir plus grand, de voir les relations entre les choses et de les considérer comme faisant parti d’un tout

L’empathie – On a tendance à créer facilement des connexions avec les gens, à s’intéresser à la nature humaine. Les multipotentiels sont généralement des personnes qui savent écouter et font donc preuve d’une grande empathie.

Nous devons apprendre à reconnaître ces super pouvoirs et les prendre en compte pour en faire de véritables alliés.